Le Taichi Chuan, un art martial chinois

Le taichi chuan est un art martial interne chinois. Art millénaire en Chine, porté par le courant taoïste et la pratique encore plus ancienne du Qi Gong, le Taichi Chuan est arrivé en occident au début du 20ième siècle comme art de santé et de longévité, grâce à Yang Chen Fu (1883-1935).

C’est un art fondé sur la pratique de mouvements fluides et souples, enchaînés dans des séquences plus ou moins longues et complexes. Il vise à remobiliser l’énergie vitale ou Qi, invitant le pratiquant dès ses débuts à retrouver son axe, à être présent à soi-même, à s’ancrer, à renforcer ses jambes et trouver une meilleure stabilité. Le taichi chuan permet de se recentrer, de revenir à l’essentiel, de renouer avec une tranquillité intérieure et la confiance en soi. Tous les mouvements partent du centre et invitent à une profonde concentration source d’apaisement et de légèreté.

Les bénéfices de cette pratique sont nombreux. Par le jeu de transfert de poids et la lenteur des déplacements, il améliore le sens de l’équilibre, et assoupli le corps. L’enchaînement des mouvements non seulement stimule la mémoire mais aide à mieux intégrer son schéma corporel et à coordonner ses mouvements. Une pratique régulière permet au pratiquant de mieux faire circuler l’énergie, de la mobiliser, de la guider et de se recentrer sans peine.

Enfin le taichi chuan s’accompagne d’une respiration lente et profonde qui contribue à la détente du corps et de l’esprit. Elle s’accorde pleinement avec les mouvements et favorise la circulation de l’énergie dans tout le corps, gage de vitalité et de tonicité.

Le taichi chuan possède, selon les écoles et les styles, de multiples aspects :

  • la pratique de la (ou les) forme (s) seule (s) ou séquences de mouvements, différentes selon les écoles;
  • les poussées de mains ou tuishou qui recouvre tout le travail à deux très ludique et enrichissant pour comprendre le sens des mouvements de la forme, leur intention et saisir les applications martiales correspondantes;
  • la pratique de la forme à deux dite “de combat” : enchaînement codé de techniques d’attaque et de défense exécutées sans agressivité, souplement mais avec vitalité;
  • le maniement des armes : l’épée, le sabre, l’éventail etc. Ils sont comme des prolongements du corps, des outils dont la maîtrise favorise la réalisation de soi.

Le style pratiqué à l’AMTC est le style Yang de Maître Yang Jwing Ming, connu pour ses nombreux ouvrages et vidéos.